ecloZionLes actualitésLes ateliers

L’écriture comme moyen d’expression

A l’approche de la fin du programme ecloZion, citiZchool a proposé aux participant·e·s un atelier sur l’expression écrite en collaboration avec le média associatif la ZEP. Le but était simple : donner la parole aux jeunes sur ce qu’ils/elles vivent au quotidien.

Ecrire d’accord, mais par où commencer ?

Le média associatif la ZEP - zone d'expression prioritaire - permet à des jeunes de s’exprimer au travers de l’écriture, grâce à l’intervention de journalistes. Les participant·e·s du programme ont rencontré Sonia Déchamps, la journaliste qui les a accompagné tout au long du processus d’écriture.

Si au début les regards étaient septiques et les mains hésitantes, à la fin de la première séance, seuls les bruits de clavier résonnaient dans la salle. Tout le monde s'est prêté au jeu de l'écriture. La consigne était d’évoquer un événement de leur vie qui pourrait faire écho à la société. Ils/elles pouvaient dénoncer un fait, valoriser une action, etc. Pour ce faire, l’exercice d’écriture était assez libre. La seule instruction était d’écrire le plus naturellement possible.

Tout le monde a le droit à la parole

De ce temps avec Sonia, en sont ressortis de très beaux textes avec des sujets variés. Certains ont évoqué le sport comme une bouffée d’air frais pendant la période de confinement :

« Ces matchs nous ont permis de nous dépenser, de nous retrouver, de nous amuser et surtout d’oublier tous les problèmes que nous rencontrons en ce moment, tout ce qui se passe avec la crise sanitaire. » Teddy et Rafael 18 ans

D’autres ont parlé de la difficulté de trouver un emploi ou une formation :

« Je suis en recherche d’emploi depuis plus d’un an. Avec la covid, le confinement, il y a beaucoup moins de recrutements et beaucoup plus de candidatures. Beaucoup ne trouvent pas leur place dans le monde professionnel. C’est mon cas. […] En ce moment, les seuls métiers qui recrutent, c’est ceux de la mise en rayons, et nous sommes beaucoup trop à postuler pour avoir une chance de travailler. Ce n’est pas un emploi qui m’intéresse, mais j’en ai été réduite à postuler un peu dans tout et n’importe quoi, de répondre à toutes les annonces. » Linda 20 ans

D’autres encore ont parlé de leur premier pas dans l’âge adulte et des responsabilités que cela implique :

« Prendre mon indépendance à 17 ans, c’était autant une obligation qu’un choix. Mais je me suis rapidement rendu compte que vivre seule, c’est vraiment quelque chose qui me correspond. » Lucille 18 ans

Un exercice libérateur

Cet atelier a permis de libérer la parole. L’important n’est pas d’aimer écrire mais de montrer l’expression écrite comme un moyen de se libérer, d’informer, de contester, etc. L’écriture sera toujours au service de celui/celle qui tient le stylo ou qui tape sur son clavier. Nullement besoin de savoir écrire comme Victor Hugo ou encore Albert Camus, il suffit juste de se laisser aller et d’écrire ce que l’on a sur le cœur.

Si le sujet de l’expression écrite vous intéresse, nous vous conseillons de regarder le film Ecrire pour exister de Richard LaGravenese.